IMG_20220422_144508_edited.jpg

FREDERIC BARZILAY

Frédéric Barzilay, né le 16 avril 1917 à Salonique en Grèce et mort le 30 octobre 2015 à 98 ans à Paris est un photographe français essentiellement reconnu pour ses travaux sur la femme (nus et portraits).

En 1927, il arrive en France à l'âge de dix ans. Sous l'occupation allemande ses parents seront déportés à Auschwitz d'où ils ne reviennent pas.
Il réalise ses premiers travaux photographiques en 1936 avec un Box Kodak. Ses premières photographies de nu datent de 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, il dresse de Paris et de diverses villes européennes des portraits sensibles qui lui vaudront d'être rattaché au courant des photographes dits humanistes (Robert Doisneau, Willy Ronis et Lucien Hervé). Son regard se forme dans les expositions de peintures, musées et galeries. Le sujet principal de son œuvre sera le corps féminin et il parvient à s'affirmer comme l'un des maîtres de l'art du nu féminin en France.
Entre 1953 et 1977, Frédéric Barzilay travaille comme fonctionnaire international à l'UNESCO. La première exposition individuelle a lieu en 1960 à la Société française de photographie. En 1965, ses photographies sont publiées pour la première fois par le Mercure de France dans Les Corps illuminés accompagnées d'un texte d'André Pieyre de Mandiargues. À cette époque, il se lie d'amitié avec Rotraut et Yves Klein, Dominique et Paul Éluard, Brassaï, Pablo Neruda, Man Ray.
En 1978, paraît un livre de quarante photographies préfacé par Julio Cortázar, Tendres parcours. Ses photos ont été exposées à plusieurs reprises en France (Galerie Christiane Colin, Musée d'art moderne de la ville de Paris, Société française de photographie, Musée Carnavalet, en Allemagne (Musée Ludwig à Cologne), en Espagne (Sala de cultura de Sa Nostra). Elles figurent dans les collections de la Bibliothèque nationale de France (Cabinet des Estampes), du Musée Nicéphore-Niépce à Chalon-sur-Saône, du FNAC (Fonds national d'art contemporain), du Centre culturel de Sa Nostra à Ibiza, de la Bibliothèque historique de la ville de Paris et du Musée Carnavalet. Ses photographies ont fait la couverture de différents livres et les magazines Planète, Photo-Revue, Plexus ont publié ses travaux. Les Éditions Mille (en 1984) et les Éditions Admira (en 1988) impriment des cartes postales d'après ses clichés.
À partir de 1998, Frédéric Barzilay se tourne vers le numérique. En 2004, la galerie de la Chambre Claire accompagne la parution de Nues d'une exposition de ses derniers tirages. En 2009, l'IMEC (Institut mémoires de l'édition contemporaine) à qui il a confié son fonds photographique édite le livre Photographies, préfacé par Albert Dichy et organise une rétrospective de son travail dans l'abbaye d'Ardenne à Caen.


Des œuvres de cet Artiste sont actuellement disponibles au P'Art King.

Si vous êtes intéressés, merci de nous contacter